Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

Articles Récents

13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 05:35

[La pédophilie et l'inceste font partie des thèmes absolument tabous de la littérature américaine, les deux autres étant un] "mariage négro-blanc retentissant et glorieux, produisant une foultitude d'enfants et de petits-enfants ; et un athée endurci à la vie heureuse et utile, mourant dans son sommeil à l'âge de 106 ans".

Vladimir Nabokov (1899 - 1977), à propos de la publication de Lolita.

Repost 0
Published by Agnès - dans Saillies
commenter cet article
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 05:19
LETTRE LIX

LE VICOMTE DE VALMONT A LA MARQUISE DE MERTEUIL

[...] Où étiez-vous donc hier ? Je ne parviens plus à vous voir. En vérité, ce n'était pas la peine de me retenir à Paris au mois de septembre. Décidez-vous pourtant, car je viens de recevoir une invitation fort pressante de la comtesse de B***, pour aller la voir à la campagne; et, comme elle me le mande assez plaisamment, "son mari a le plus beau bois du monde, qu'il conserve soigneusement pour les plaisirs de ses amis". Or, vous savez que j'ai bien quelques droits, sur ce bois-là; et j'irai le revoir si je ne vous suis pas utile. [...]

De..., ce 8 septembre 17**.

*****

LETTRE LIX

LA MARQUISE DE MERTEUIL AU VICOMTE DE VALMONT

[...] Plaignez-vous de moi à présent, si vous l'osez; et allez revoir, si vous en êtes tenté, le bois du comte de B***. Vous dites qu'il le garde pour le plaisir de ses amis ! Cet homme est donc l'ami de tout le monde ? Mais adieu, j'ai faim. [...]

De..., ce 9 septembre 17**.

Pierre-Ambroise Choderlos de Laclos (1741 - 1803), Les liaisons dangereuses
Repost 0
Published by Agnès - dans Saillies
commenter cet article
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 05:39
« J’ai achevé de me fâcher avec Bernstein. Cela ne s’est point passé dans des conditions très brillantes pour moi. Je manque tout à fait d’esprit de répartie et devant quelqu’un qui m’attaque je reste médusé. Mon égocentrisme, mon introversion, mon dolorisme, ce sont autant de clous qu’un seul coup de marteau enfonce en moi pour me fixer dans la stupéfaction, quand quelqu’un me lance un mot un peu dur. Au lieu de chercher et de trouver promptement une réponse, n’importe laquelle mais bien claironnée, je me sens aussitôt coupable et tombe dans une rêverie verticale sur la vérité possible, probable de ce qui m’est reproché. 

J’avais déjà eu une collision avec Bernstein il y a de longues années, dans un dîner chez Jacques Porel. J’avais été en-dessous de tout. Comme J. Porel parlait devant B[ernstein] du livre que je venais de publier avec cette admiration un peu nigaude de l’amateur peu éclairé et qui choque tellement l’homme de lettres à qui elle n’est pas adressée, [B]ernstein s’écria : « L’Homme couvert de femmes ! Qui a écrit un livre avec un titre aussi grotesque. » Je n’avais pas su réagir et j’avais plongé mon nez dans mon assiette, en rougissant comme un collégien dont la mère vient de découvrir qu’il n’est plus puceau. »

Pierre DRIEU LA ROCHELLE (1893 - 1945), Journal 1939 - 1945

*****

Tous les hommes de lettres n’ont pas l’esprit de l’escalier ; Alexandre DUMAS (1802 – 1870), resté célèbre pour être l’auteur des Trois Mousquetaires, était le petit-fils d’une esclave noire de Saint-Domingue. Il emplit la scène littéraire de ses frasques amoureuses, de ses dîners et de ses ennuis avec ses créanciers, avant de mourir presque ruiné chez son fils.
Un jour, dans un salon, un homme émet plusieurs réflexions d’un racisme outrancier en sa présence. Dumas fait semblant de ne pas entendre. Le provocateur s’approche de lui :
- Mais, au fait, mon cher maître, vous devez vous y connaître, en nègres, avec tout ce sang noir qui coule dans vos veines.
- Mais très certainement. Mon père était un mulâtre, mon grand-père était un nègre et mon arrière-grand-père un singe. Vous voyez, monsieur : ma famille commence où la vôtre finit !

Repost 0
Published by Agnès - dans Saillies
commenter cet article