Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

Articles Récents

29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 09:59

C'est l'oiseau qui représente le mois de juillet :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/oiseaux_2906.jpg


J'ai supprimé les cadres autour des oiseaux, j'avais l'impression de les mettre en cage... Vous pouvez observer le guêpier dans le Sud de la France de mai à août (notamment en Camargue) - il est nommé ainsi parce qu'il se nourrit entre autres de guêpes, dont les piqûres le laissent indifférent.

Repost 0
Published by Agnès - dans Créations
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 05:57

Premiers points sur ce modèle d'Helen Wind, également tiré de Country au point de croix :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/tournesols_2806.jpg


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/tournesols_2406_1.jpg


Comme d'habitude, un ouvrage très agréable, avec juste ce qu'il faut de fils dégradés...

Repost 0
Published by Agnès - dans Ouvrages
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 06:34

"    C'est un grand et bel homme très bien habillé. Il parle avec autorité, il écrit intelligemment, il n'a aucun mal à tenir une conversation en français et en allemand - dans le monde de l'art, visiblement, il a du prestige. Mais pas auprès de moi. Les carences paternelles sont à l'origine de sa souffrance. Dès qu'il est en ma présence, c'est l'hémorragie interne. Dans son travail, il est actif, sain, solide, toujours à la hauteur, mais il suffit que j'ouvre la bouche pour paralyser tous ses points forts, et si c'est lui qui parle, il suffit que je me taise pour miner tout ce qui le rend efficace. Je suis le père qu'il n'arrive pas à terrasser, le père dont la présence le réduit à l'impuissance. Pourquoi ? Peut-être parce que je n'ai pas été présent, justement. Dans mon absence, j'étais une terreur. Dans mon absence, je n'avais que trop de relief. [...]

     Nous ne savons que nous rabaisser l'un l'autre, mais pas dans la bonne vieille tradition. Parce que Dostoïevski mis à part, c'est en général la version inverse qui prévaut : le père représente l'autorité coercitive, le fils est incorrigible, et le châtiment advient donc dans l'autre sens. N'empêche que Kenny continue de venir chez moi, et chaque fois qu'il tire la sonnette, je lui ouvre. "Elle a quel âge, ta maîtresse ? je lui demande. Elle a une liaison avec un homme marié de quarante-deux ans, père de quatre enfants, son patron. Elle ne doit pas être un modèle de vertu ! Il n'y a que toi qui sois un modèle de vertu - toi et ta mère." Je voudrais que tu l'entendes parler de cette fille. Une chimiste qui a un diplôme d'histoire de l'art. Et en plus elle joue du hautbois. "Formidable, lui dis-je. Jusque dans l'adultère, il faut que tu sois mieux que moi." Il refuse d'ailleurs de s'appliquer le mot adultère. Son adultère à lui n'a rien à voir avec celui des autres. Il s'y engage bien trop pour que sa liaison mérite ce nom. Or moi, justement, je ne sais pas m'engager. Mes adultères n'étaient pas assez sérieux pour lui.

     Soit. J'ai en effet évité qu'ils le deviennent."

 

Philip Roth (né en 1933), La bête qui meurt - traduction de Josée Kamoun



Salvador Dali (1904 - 1989), Saint Georges terrassant le dragon

Repost 0
Published by Agnès - dans Textes
commenter cet article
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 07:42

http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/sous_les_bois_termine.jpg


Place au suivant :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/tournesols_2406.jpg

Repost 0
Published by Agnès - dans Ouvrages
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 05:20

nouveau projet, puisque je vais avoir terminé "Sous les bois" d'Helen Wind; un autre modèle de cette créatrice, également tiré de Country au point de croix, "Tournesols" :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/tournesols_2406_1.jpg


J'ai choisi une toile de lin jaune paille à 12 fils au centimètre (allez, je vous la fais brodeuse élégante, le coloris serait plutôt beurre frais) :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/tournesols_2406_2.jpg


Au travail !


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/tournesols_2406.jpg

Repost 0
Published by Agnès - dans Ouvrages
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 08:53

et j'aurai terminé "Sous les bois" d'Helen Wind :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/wind_2406.jpg


Quelques parties en détail :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/wind_2406_2.jpg


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/wind_2406_1.jpg


Ce fut un régal à broder - je vais ensuite me lancer dans mon premier encadrement en tissu et à tout prendre je crois que je préfèrerais encore aller chez le dentiste What a Face

Repost 0
Published by Agnès - dans Ouvrages
commenter cet article
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 09:04

C'est mon nouvel en-cours :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/arums_2306.jpg


Sur une toile de lin caramel, à 11 fils au centimètre; c'est une création qui date de plusieurs années, et que j'ai  eu envie de broder avec les premiers rayons du soleil :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/arums.jpg


Le modèle fait 193 x 80 points; il est disponible dans la catégorie "Fleurs".

Repost 0
Published by Agnès - dans Créations
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 05:39

Je n'ai pas eu le temps de sortir beaucoup de nouveautés ces derniers temps, je travaille beaucoup d'après photo depuis quelques semaines (portraits de mariés, d'enfants, de maisons); voici cependant un chat tigré confortablement endormi sur un édredon, un tableau plein de douceur pour les amoureux des félins :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/chat_tigre_2_ob.jpg


La broderie mesure 91 x 120 points et compte 28 couleurs DMC. Elle est disponible dans la catégorie "Chats".

Repost 0
Published by Agnès - dans Créations
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 06:19

http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/incan_2.jpg


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/incan_3.jpg


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/incan_4.jpg


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/incan_1.jpg


Une aquarelle aux couleurs de cuivre et de feuille morte pour un cheval livré à la danse; la cavalerie s'agrandit en attendant d'être brodée sur la toile :


http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/incan_5.jpg


Si vous êtes séduit par le caractère spectaculaire du cheval arabe, vous apprécierez sûrement cette vidéo :


Repost 0
Published by Agnès - dans Dessins
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 08:57

«          Nous avons descendu l’escalier d’acier en colimaçon qui mène à la bibliothèque, j’ai trouvé un grand volume de reproductions de Vélasquez, et nous nous sommes assis côte à côte pour en tourner les pages pendant quinze minutes, quart d’heure palpitant – et édifiant pour elle comme pour moi. Elle, elle découvrait Vélasquez, et moi je redécouvrais l’imbécillité délicieuse du désir érotique. Mais quel verbiage ! Et que je lui montre Kafka, et que je lui montre Vélasquez… pourquoi fait-on ces choses ? Ma foi, c’est qu’il faut bien faire quelque chose, justement ; ce sont les voiles pudiques de la danse amoureuse. À ne pas confondre avec la séduction. Il ne s’agit pas de séduction. Ce qu’on déguise, c’est son mobile même, le désir érotique à l’état pur. Les voiles dissimulent la pulsion aveugle. Pendant qu’on babille, on se figure à tort, comme elle, qu’on sait ce qu’on fait. Sauf qu’on n’est pas en train de s’entretenir avec un avocat ou un médecin pour savoir si on va recourir à ses services ; là, rien de ce qui va se dire ne changera le cours des choses. On sait où on veut en venir, on sait qu’on va y venir et que rien ne vous arrêtera. Rien de ce qui va se dire n’y changera quoi que ce soit.

            La farce que la biologie joue aux humains, c’est qu’ils sont intimes avant de savoir quoi que ce soit l’un de l’autre. À l’origine, on comprend tout. On est attiré par la surface de l’autre, mais on le saisit d’instinct dans la plénitude de son volume. Il n’est pas l’attirance soit symétrique : elle est attirée par ceci, toi par cela. C’est épidermique, ça relève de la curiosité, et puis crac, le volume apparaît. C’est plaisant qu’elle soit cubaine, que sa grand-mère soit ci, que son grand-père soit ça, c’est sympathique que je joue du piano et que je possède un manuscrit de Kafka, mais ce n’est qu’un détour par rapport à notre destination commune. Ça fait partie de l’enchantement, sans doute, mais je m’en passerais volontiers. Moi, le sexe suffit à m’enchanter. »


Philip Roth (né en 1933), La bête qui meurt - traduction de Josée Kamoun

 

http://sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/proserpine.jpg

 

Le Bernin (1598 - 1680), Le rapt de Proserpine (détail)

Repost 0
Published by Agnès - dans Textes
commenter cet article